Le Courrier Picard parle de nous

À Lassigny, ils inventent le studio à poser dans son jardin

Un article très complet pour donner des idées de projets : Lire l’article complet

Il est discret, juste avant les prés de la sortie de Lassigny. Mais ce mini-bâtiment de 18 m2 bardé de bois pourrait bien faire du bruit. Ou plutôt ses petits frères : les deux fondateurs du constructeur Acroterre ont inventé le studio en matériaux renouvelables à poser clé en main dans son jardin, sans fondations ni demande de permis de construire nécessaires. Sortie de cet atelier artisanal du Noyonnais en mars dernier, l’innovation a déjà séduit un professionnel du spa, un hébergeur en bed and breakfast et le promoteur d’un projet de résidence pour aînés, les premières entreprises isariennes à avoir commandé un devis.

Mais la principale cible des concepteurs de Natura, le nom commercial de ce studio avec chambre et kitchenette posé sur six à huit pieds, ce sont les particuliers : «  Cela faisait trois ans que l’on y pensait. Comment répondre au besoin des gens qui n’ont pas forcément les moyens d’investir dans une extension de leur maison ? Le studio permet de loger rapidement un étudiant ou de créer une chambre d’hôte, un bureau, sans faire face à des mois de travaux, plaide Hervé Piault, ancien enseignant de mécanique à l’Université de Technologie de Compiègne, associé à Damien Van Nes à la tête d’Acroterre. L’enveloppe est équivalente à celle d’une maison, tout comme la garantie décennale. Quand on voit ici ou là des classes d’écoles aménagées dans des bâtiments préfabriqués, on se dit que c’est dommage… »

« Il est assemblé à l’atelier, et nos équipes viennent l’installer. On peut toucher le marché national »

Les deux passionnés d’éco-construction, entourés de leurs cinq salariés, ont en fait dupliqué en version réduite le concept qui les fait vivre depuis 2010 : les pavillons, salles des fêtes, gymnases et autres… WC publics (à Lassigny) en ossature et bardage de bois, isolés en fibres végétales et flocons de papier recyclé, la fameuse ouate de cellulose. Principal signe distinctif commun avec le studio livrable en un jour : le made in Oise. «  Comme pour les autres réalisations, il est assemblé ici, à l’atelier. Et nos équipes viennent l’installer à l’endroit choisi. Notre but est de produire des studios d’avance, durant les périodes de creux, afin de maintenir le niveau d’activité, confie Hervé Piault. Avec Natura, on peut toucher le marché national  ».

Le studio lachenois modulable (compter 19 600 euros pour le modèle non meublé) et sa version « smart » de 12 m2 risquent d’en étonner plus d’un : la PME picarde, qui produisait une quinzaine de maisons écologiques à ses débuts avant de tourner principalement grâce aux marchés publics, vient de recruter des commerciaux pour présenter partout l’invention.

Le modulable a déjà séduit Thierry Frau, le maire de Lassigny : il avait fait appel à ce concept pour la pose, en deux temps et trois mouvements, du bloc des toilettes du parc du château, en septembre 2016. La justification était toute trouvée pour l’élu : «  Plutôt qu’une construction en béton, cela entre dans une démarche nationale pour l’environnement. Et en plus, ça crée des emplois… »

Des aides à la création d’hébergements chez l’habitant

S’il est un domaine où des aides publiques sont proposées aux Isariens, c’est bien la création de gîtes et chambres d’hôtes. Dernier exemple en date : l’enveloppe de 1 786 630 euros attribuée par l’Europe pour soutenir les projets privés de nouveaux services à la campagne, notamment en termes d’hébergement, à travers les communautés de communes du Pays noyonnais, du Pays des sources et des Deux Vallées, dans un triangle réunissant Noyon, Lassigny et Thourotte, d’ici 2021. Le Département propose également des aides aux particuliers qui investissent dans les nuitées : des subventions (pouvant aller jusqu’à 3 000 euros par chambre créée) sont proposées, selon un dispositif mis en place jusqu’en 2020.

L’Oise abrite pourtant, selon les chiffres de Oise tourisme (l’ancien comité départemental du tourisme), la bagatelle de 924 lits en chambres d’hôtes. Le réseau d’hébergements chez l’habitant Gîtes de France regroupe ainsi 92 maisons d’hôtes (pour 245 lits) dans le département, sans compter les neuf gîtes de groupe et les six city-breaks (hébergement en ville, de courte durée) arborant cette marque nationale. Une offre encore considérée insuffisante, manifestement.